• Sylvie Dumas

jour 27 | Samoussas végétariens

Quelle éloquence cet Idriss ! Pendant que la 2ème couche s'étale sur les murs, l'écouter parler, exposer son énervement et ses convictions avec analyse, sans bafouillis, ni de "heueueu" qui insomnise, est un régal. Le verbe est fluide, la parole frappe et s'imprime.

Une chambre de rangée. Il reste un mois pour finir le reste.

Samoussa du soir, espoir.